Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

La philosophie de la liberté chez Renouvier

Résumé : Cette contribution ne prétendra ni à l’exhaustivité ni à la vérité de l’objet, elle ne sera que l’état de la réflexion d’un sujet interprète d’un phénomène, le reflet d’une volonté, plus que d’une prétention, de rester proche de la lettre et de l’esprit de Renouvier, tout en disant, chose assez paradoxale, ce que le « maître » (comme le nommaient ses quelques disciples) n’avait pas écrit lui-même. En outre, et c’est le mieux que souhaite l’auteur, les objections à cette présentation pourront l’enrichir et lui donner le corps d’une analyse que d’autres seront en capacité de mener plus complétement. Nous aborderons la problématique en nous interrogeant sur le sens qu’il faut donner à cette formule de « philosophie de la liberté » et sur la légitimité qu’il y aurait à l’accoler au nom de Charles Renouvier plutôt qu’à d’autres intellectuels. Nous verrons que l’homme autant que ses actes sociaux et politiques en font un philosophe de la liberté. Ceci nous donnera une idée de la congruence de la personne et de ses idées, avant d’examiner en quoi la liberté occupe un rôle capital dans la critique renouviériste. Nous commencerons par poser le dilemme du déterminisme et de la liberté : soit tout est déterminé, soit il y a au moins une petite place pour de la liberté. Les nombreux arguments avancés par Renouvier font pencher la balance en faveur de cette liberté ; nous les discuterons et cela nous amènera à mieux définir cette notion avec lui. Ce faisant, nous serons conduits, sur ses pas et ceux de son ami Jules Lequier, à choisir entre les quatre possibilités du problème de la liberté, à comprendre que nous ne pouvons savoir sans croire, bien que nous puissions tout de même transcender la croyance en certitude grâce à la passion, à la volonté et à l’amour. Ainsi nous verrons qu’avec Renouvier la croyance s’immisce jusque dans la science, guidée par le triple souci de la beauté, de la pureté et de l’utilité, intérêt qui fait la raison personnelle, agissante et libre. Le père du néocriticisme français insistait aussi sur l’importance de cultiver l’acte libre au travers de la mise en doute ; celle-ci doit s’appliquer de même face au consentement de tous, qui n’est ni indifférent ni nécessitant : « A proprement parler il n’y a pas de certitude ; il y a seulement des hommes certains. Ce devrait être une maxime universellement reçue, que tout ce qui est dans la conscience est relatif à la conscience » .
Complete list of metadata

https://hal-univ-fcomte.archives-ouvertes.fr/hal-03322737
Contributor : Samuel-Gaston Amet <>
Submitted on : Thursday, August 19, 2021 - 4:41:34 PM
Last modification on : Friday, August 20, 2021 - 3:23:37 AM

File

Colloque ENS 2018-11 SGA.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : hal-03322737, version 1

Collections

Citation

Samuel-Gaston Amet. La philosophie de la liberté chez Renouvier. Colloque "Qu'est-ce qu'une république juste - l'actualité de Renouvier", CENTRE EUROPÉEN DES ÉTUDES RÉPUBLICAINES-PSL, Nov 2018, Paris, France. ⟨hal-03322737⟩

Share