. En, une ressource à prélever et non une « entité » ou encore un « être vivant » ainsi que l'entendent l'anthropologue et le spécialiste en médecine zoologique. De surcroit, comme l'énonce justement S. Chanvallon, afin de caractériser avec justesse l'action s'opérant dans l'album de Patrick Morin, il y a « la domination et la destruction d'une part, et d'autre part la relation « symbiotique », car l'homme ou la femme dans une quête de Nature est amené à vivre dans ses expériences le sentiment "d'harmonie" et "d'osmose" voire de communication particulière avec la faune sauvage. » Toutefois ces sentiments « d'harmonie », « d'osmose » et cette « communication

P. Morin and . Conséquent, l'incapacité d'une rencontre à proprement parler. Car cette dernière s'instaure inexorablement à partir d'un respect mutuel comme sur une communion des deux mondes

S. De-ce, les mènent à leur perte. L'homme ici, par le biais d'un objet utilitaire, réalise une perturbante intrusion dans le monde de l'animal dont la tranquillité disparaitra par sa faute. Cependant, l'auteur-illustrateur, Patrick Morin, présente ce triste évènement entrainant « nos trois amies (sardines) » à être « à nouveau seules » 60 comme s'il s'agissait d'un sort parfaitement habituel. Les trois sardines qui devraient pourtant s'émouvoir face à la scène de séparation ayant lieu sous leurs yeux, semblent, au contraire, accepter ce fait bouleversant. Ce passage de fausse rencontre, montre de toute évidence que l'auteur représente l'animal sous les traits de la sauvagerie, dénué de la moindre forme d'anthropomorphisation. Si bien, que les sardines, dont les sentiments sont inconnus car imperceptibles, manifestent, à travers ce qui semble être pour les hommes de l'indifférence, une motivation primaire fondée sur l'impouvoir à se détourner de l'organisation naturelle proie/prédateur, régissant de toute évidence leur monde. Toutefois, Patrick Morin décide, malgré cette concordance au réel, de montrer l'impassibilité de ces poissons, témoins de cette grande perte, en clôturant son récit par une interrogation existentielle, les sardines n'en sont que des victimes puisque cette non rencontre avec le monde de l'homme (qui n'est dans l'histoire que sous-entendue, notamment au regard de l'illustration sur laquelle un filet de pêche est représenté)

. Cit, . Patrick, and . Morin, Comme des Sardines, p.29. problématique plus profonde raisonne cependant davantage, celle de l'activité humaine, renvoyant notamment à la « surpêche, vol.61

, alors que tout porte à croire que cette proximité permanente, perceptible lors de la lecture d'images, se révélera apte à une telle réalisation. Or, cette promiscuité qui n'est que visuelle, inclue cependant l'existence d'une frontière divisant, de façon éloquente, le monde de l'homme de celui de l'animal. Cette délimitation, marquée notamment par l'instauration de points de vue différés, caractérisant d'une part, un observateur et d'autre part, un observé, se charge de souligner cet écart ainsi que cette distance tant culturelle que naturelle dont l'intention est de déterminer cette impossibilité des deux mondes à s'entremêler. L'auteur présente, par conséquent, dans son oeuvre, des étapes successives qui mêlent aussi bien une connaissance de la Nature et des lieux naturels intégralement pris d'assaut et détournés par l'homme. De cette façon, au cours de ce voyage migratoire, qui se révèle être un « mouvement instinctif qui se répète chaque année aux mêmes époques » 62 , la présence de l'homme semble massivement hanter les paysages épandus sur les illustrations. Cependant, bien que ces deux mondes soient dans l'incapacité à s'enchevêtrer, les images graphiques de l'auteur montrent, néanmoins, de fortes similitudes entre les mondes pourtant disjoints. De telle sorte, un léger humour s'instaure lors de la lecture simultanée du texte et des images. En effet, nous remarquons que l'homme imite, pour ces travaux, indéniablement la nature et plus précisément, c'est de l'animal qu'il tire la plus grande partie de son inspiration, car « l'imitation offre le résultat le plus admirable du fonctionnement mécanique de la machine animale. » 63 Et cette nette ressemblance

J. Thèse and . Thiebo, Déplacements et sélection d'habitat chez les animaux non contraints par la reproduction : une étude de l'écologie en mer des Manchots durant les phases d'immaturité et inter-nuptial, 2011.

J. D. Gabillot, Étude physiologique de l'instinct chez l'homme et chez les animaux, dans l'état sain et dans l'état maladif, 1844, p.149

D. E. Elisabeth and . Fontenay, TABLE DES ILLUSTRATIONS, p.576

;. Ashbe-jeanne, L. Fourmi, L. Le-loup, and . .. Des-loisirs????????, Image, vol.1, p.10, 2016.

A. Le-gorille and K. Éditions, , 2006.

, Anna et le Gorille, éditions Kaléidoscope?????????14 Image 6, BROUILLARD Anne, p.20, 2006.

, La Vieille Dame et les Souris, Seuil Jeunesse?, p.25, 2007.

, La Famille Foulque, Seuil Jeunesse ?...?????.???, vol.26, 2007.

, Image 9, Berceuse du Merle, vol.29, 2011.

, La Famille Foulque, Seuil Jeunesse ??????.???, p.31, 2007.

, La Vieille Dame et les Souris, Seuil Jeunesse ?, p.33, 2007.

?. .. Kaléidoscope and . ?????, Gorilla, éditions, vol.34, 2006.

, Gorilla, éditions Kaléidoscope ???????????, p.36, 2006.

. Rosen-michael and D. E. Helen, Images, vol.14, issue.15, 1997.

M. Estes, We're Flying South, Editions la joie de vivre ????????, Image, vol.16, p.45, 2016.

;. Morin-patrick, . Michael, and D. E. Helen, Comme des Sardines, collection Archimède-L'Ecole des Loisirs?46 Image 18, Image, 1997.

A. Brouillard, La Famille foulques, Seuil Jeunesse, album. BROUILLARD Anne, 2007.

A. Brouillard, La Vieille Dame et les Souris, Seuil Jeunesse, album, 2007.

A. Browne, , 2006.

J. Ashbe, La Fourmi et le Loup, L'Ecole des Loisirs, 2016.

. De and . Michael, OXENBURY Helen (Illustrations), E. Duval (Traduction), vol.14

M. Estes, Vers le Sud, éditions la joie de lire, album, 2016.

. Morin-patrick, Comme des Sardines, collection Archimède-l'Ecole des Loisirs, album, 2003.

E. De-fontenay, Le Silence des bêtes. La philosophie à l'épreuve de l'animalité, 1999.

L. E. Hoffmann-schickel-karen, . Roux-pierre, and . Éric, Sous la peau de l'ours: L'humanité et les ursidés-approche interdisciplinaire, collection « sources d'Asie », Éditions Connaissances et Savoirs, 2017.

. Chanvallon-stéphanie, Les relations humains/animaux-De l'espace protégé à l'espace partagé, une géographie physique et sensible, Carnets de géographes, 2013.

. Chanvallon-stéphanie, Anthropologie des relations de l'Homme à la Nature : la Nature vécue entre peur destructrice et communion intime, 2009.

. Heas-stéphane and . Stéphanie, Info, revue : l'Homme et la Nature : en quête/enquête sensible, «, Nature Sciences Société, p.19, 2011.

. Gabillot-m, Étude physiologique de l'instinct chez l'homme et chez les animaux, dans l'état sain et dans l'état maladif, 1844.

. Strebe-jean-marc, Risques et enjeux de l'interaction sociale, Éditions Tec & Doc, coll. « Sciences du risque et danger, 2007.

L. Aristote and . Poétique, traduction par Michel Magnien, Les classiques de poche, 1990.

, article journal La Croix du 07/07/2014 à 15h12, Quand la science s'inspire de la nature

T. Thiebot-jean-baptiste, Déplacements et sélection d'habitat chez les animaux non contraints par la reproduction : une étude de l'écologie en mer des Manchots durant les phases d'immaturité et inter-nuptial, 2011.

, Autour de l'enfant

H. Montagner, L'enfant et l'animal. Les émotions qui libèrent l'intelligence, 2002.

C. De-la-genardiere-claude, . Info, . Enfance, L. Psy, and . Conte, , 2007.

A. De-la-littérature-de-jeunesse and N. Isabelle, Introduction à la littérature de jeunesse, collection Passeur d'histoires-Didier jeunesse, 2009.

. Van-der-linden-sophie, Album(s), Actes sud « encore une fois », éditions De Facto, 2013.

, Anthony Browne, éditions Être, collection Boîtazoutils. Interview retranscrite Une Rencontre avec Anne Brouillard, Autour des auteurs et autrices du corpus BRUEL Christian, p.2015, 2001.

L. Bibliotheque-herge, Balades Littéraires, Catalogue, Anne Brouillard Paysages rêvés, Jeudi 17 septembre, 2015.

N. Wallez, Anne Brouillard ou la magie du temps et du voyage, Magazine Portrait, vol.179